Pr LOUIS LORTET









Le Professeur Louis Lortet 

Troisième enfant du Dr Pierre Lortet et de Nettchen Müller.
• Né le 22 août 1836 à Oullins (sa mère mourra quelques mois plus tard, le 7 juin 1837).

• Première épouse : Inez Brouzet (1842-1872) / mariage le 2 juillet 1864 / décès à 29 ans, le 31 août 1872
4 enfants :
- Théodore Jean Oscar né le 29/08/1865 à la Jayère, à Lyon ; décédé à moins d'un an, le 12/07/1866
- Inez Clémence Emmeline née le 18/10/1866 à la Jayère, à Lyon ; mariée à Henri Oberkampf le 23/08/1886 ; décédée en1948 à Paris
(NB. le père d'Henri, Ernest Oberkampf, habitait à Lyon, à la même adresse que Louis Lortet : 69 avenue de Saxe)
- Allys Caroline née le 30/11/1868 à la Jayère, à Lyon ; mariée à Fernand Verdet le 29/04/1893
- Pierre Maurice Max né le 31/05/1870 à la Jayère, à Lyon ; décédé le 12/07/1930 à Paris ; marié à Jeanne Fortin, à Bangkok, le 12 février 1910

• Seconde épouse : Léontine Cambon (1841-1920) / mariage 3 novembre 1876
Léontine avait 3 enfants de son premier mariage avec Henri Andrié : Henri (1863-?), Hélène (1865-?) et Marguerite (1874-25 décembre 1937) ; Marguerite épousera Paul Valayer le 17 novembre 1900 (leur fille Edith épousera Paul Sédallian qui sera directeur de l'Institut Pasteur).

• Décès le 26 décembre 1909 à Lyon, en sa dernière demeure, 13 quai Claude Bernard.
NB. Nous avons retrouvé plusieurs de ses adresses successives. Jusqu'à son second mariage, il habite 69 avenue de Saxe. 10 ans plus tard, en 1886, il emménage 1 quai de la Guillotière, avec les deux filles de sa seconde femme - Hélène, 20 ans, et Margot (Marguerite), 12 ans -, un cuisinier, un valet, un cocher et deux jardiniers. En 1900, on le retrouve 16 quai de l'Est, avec Margot qui a 26 ans, mais qui quitte le domicile l'année suivante pour se marier le 16 janvier 1901.



La biographie de Louis Lortet, représenté ici par le peintre portraitiste Alexandre Mazeran (1852-1899) dans sa tenue de doyen de la faculté mixte de Médecine et de Pharmacie de Lyon, en 1886, arborant ses insignes de chevalier de la Légion d'honneur et d'officier des Palmes académiques, est un travail si considérable et complexe que nous y avons renoncé.
Nous avons préféré, après avoir renvoyé le lecteur sur la page Wikipedia qui lui est consacrée, proposer un certain nombre de documents - dont plusieurs inédits - qui décrivent peu ou prou sa vie et son œuvre, et à travers lesquels se dessine finalement le portrait de l'homme derrière le personnage.


> Premier document inédit, tombé entre nos mains de la façon extraordinaire et improbable décrite en page 2  :

Il s'agit du récit autobiographique de la rencontre et du voyage de noces de Louis Lortet et d'Inez Brouzet.


Louis et Inez, dessinés par un cousin d'Inez, 
au moment de leur idylle


> Après être devenu docteur en médecine en 1861 à Paris avec une thèse sur le cancroïde labial, Louis Lortet obtient un double doctorat en sciences en 1867 avec des travaux décrits dans un rapport de M. Jourdan, doyen de la Faculté des Sciences de Lyon


Deuxième document inédit : les carnets de campagne rédigés par Louis Lortet durant la guerre franco-prussienne de 1870, où il était engagé volontaire dans la "Première Ambulance lyonnaise", aux côtés de nombre de ses collègues médecins et professeurs de la Faculté de Médecine de Lyon.

> Louis Lortet devient directeur du muséum d'histoire naturelle de Lyon en janvier 1870. Deux ans plus tard il fonde les Archives du muséum d'histoire naturelle de Lyon. À sa mort, pour lui rendre hommage, les Archives consacrèrent à sa vie et à ses travaux le premier chapitre de son treizième volume. On pourra lire ici, rédigée par Claude Gaillard, son successeur à la tête du muséum, cette biographie très complète et détaillée



Le fameux mammouth de Chouans
que Louis Lortet fit assembler dans son muséum 
et qui est aujourd'hui exposé au musée des Confluences 


> La Syrie d'aujourd'huiLouis Lortet publia le récit de ses voyages. C’est ainsi que le grand public accédait aux aspects les plus aventuriers et les plus exotiques de ses missions commanditées par le ministère de l'Instruction publique. “La Syrie d’aujourd’hui” parut en vingt-quatre épisodes dans la prestigieuse revue Le Tour du monde entre 1880 et 1882, puis fut éditée en 1884 en un seul volume de 675 pages sous le titre "La Syrie d'aujourd'hui, voyage dans la Phénicie, le Liban et la Judée". Ce lien permettra d'en lire une grande partie (prendre patience : compte tenu du nombre de pages, le chargement est très, très long - même avec la fibre !).



Un second lien donne accès à une intéressante critique contemporaine de l'ouvrage, situant celui-ci dans "la logique de l'expansionnisme européen et du démembrement de l'empire ottoman”. Louis Lortet envisage en effet l'établissement d'un protectorat français en Syrie, qui fut effectivement institué après la Première Guerre, et qui marqua le début des troubles et guerres du Proche-Orient qui perdurent encore de nos jours. Cet essai critique s'intitule : “Mission scientifique, récit de voyage et projet colonial : La Syrie d'aujourd'hui, de Louis Lortet. 1875-1884”.
On trouve d'ailleurs des articles publiés dans la presse de façon plus ou moins anonyme par Louis Lortet qui le révèlent comme un ardent défenseur de l'influence française au Proche-Orient : "La politique française en Orient", le Progrès, 7 août 1876 ; "Le rôle de la France en Orient", signé "un Français", le 26 avril 1897.



Portrait de Louis Lortet paru en 1894 dans l'Indicateur Lyonnais Henry 


> Troisième document inédit : le 25e anniversaire de la création de la Faculté de mixte de Médecine et de Pharmacie de Lyon, à laquelle avait fortement contribué Louis Lortet, fut célébré de manière solennelle le 16 novembre 1902. Comme ilt en fut le doyen réélu sans discontinuer depuis l'origine en 1877, une médaille célébrant 25 années de décanat lui fut remise durant la cérémonie.


Nous avons retrouvé le manuscrit du discours du professeur Chauveau prononcé ce jour-là, ainsi que la liste des souscripteurs de la médaille commémorative. Cette liste se compose de plus d'une centaine de noms d'officiels, de collègues médecins et professeurs, de scientifiques associés aux domaines de recherches de Louis Lortet, d'amis personnels et de membres de sa famille. Chaque fois que possible, nous avons créé des liens renvoyant à ce que l'on peut trouver sur ces personnes, dépeignant ainsi, d'une certaine manière, une grande partie du tissu social dans lequel évoluait Louis Lortet.


En tenue de doyen et enseignant de la Faculté


> Éloge funèbre. À l'occasion des funérailles de Louis Lortet, qui eurent lieu le 28 décembre 1909, des discours furent prononcés par cinq personnalités : M. Joubin, recteur de l'Université de Lyon, M. Guiart, professeur à la Faculté de Médecine de Lyon et successeur de Louis Lortet à la chaire de parasitologie, M. Caillemer, président de l'Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon, M. Lacassagne, professeur à la Faculté de Médecine de Lyon et M. Gaillard, conservateur du Muséum d'Histoire naturelle de Lyon.
Le discours de Jules Guiart, collègue et ami, est particulièrement intéressant en ce qu'il décrit tout le parcours professionnel de Louis Lortet.

Parmi les lettres de condoléances particulièrement appuyées adressées à la famille (un mois avant qu'il ne meure lui-même), on note celle du vicomte Melchior de Vogüe, diplomate qui avait été secrétaire d'ambassade au Caire et qui avait écrit "Syrie, Palestine, Mont Athos" peu de temps avant que Louis Lortet publie sa Syrie d'aujourd'hui, ainsi que celle du Prince Auguste d'Arenberg, qui n'avait pas ménagé ses efforts pour faciliter les campagnes scientifiques de Louis Lortet en Egypte.

On trouve par ailleurs de nombreuses signatures prestigieuses sur les courriers qu'il reçut durant son décanat (mais un grand nombre sont malheureusement indéchiffrables). Par exemple, pour des échanges scientifiques : Albert 1er de Monaco, Ernest Renan, Marcelin Berthelot, Charcot, le Dr Koch (prix Nobel 1905), Roland Bonaparte, Rudolph Virchow, l'empereur Pierre II du Brésil (via son médecin particulier, le vicomte Sabota), Gabriel de Mortillet, John Tyndall, Albert Gaudry. Et sur un ton plus familier, voire affectueux : les Michelet (Jules et sa seconde épouse Athénaïs), la comtesse Valérie de Gasparin, l'épouse de Thiers - Elise, et surtout François Arlès-Dufour et ses enfants Alphonse et Adélaïde (selon la volonté des deux familles, les tombes des Arlès et des Lortet sont contiguës dans le cimetière d'Oullins).

Inauguration d'un buste à la mémoire de Louis Lortet. Le même professeur Chauveau qui prononça un discours lors du 25e anniversaire du décanat de Louis Lortet, en fit un autre pour l'inauguration d'un buste à la mémoire de son collègue et ami.




> Troisième document inédit : 5 saisons d'ascensions alpines.



Louis Lortet avait relaté dans un gros manuscrit les ascensions qu'il effectua en Suisse et à Chamonix, entre 1866 et 1871, c'est à dire de 30 à 35 ans. Il en fit bien d'autres auparavant, dont nous n'avons pas trace, mais s'arrêta après 1872, sans doute trop pris par ses activités professionnelles.
Les impressionnantes courses qu'il raconte ici, et notamment la fameuse double ascension du mont Blanc à une semaine d'intervalle, révèlent un alpiniste des temps héroïques, passionné, audacieux et particulièrement résistant.


Louis Lortet fit sa double ascension du mont Blanc les 17 et 26 août 1869.
Ci-dessus, la cabane-refuge des Grands-Mulets telle qu'elle se présentait alors.



Éloge dans la Revue alpine. Louis Lortet fonda ensuite la section lyonnaise du Club alpin français le 1er janvier 1875 et en fut président de 1875 à 1881. Après sa mort, un long éloge parut dans La Revue alpine du 1er février 1910. 

On peut aussi noter ici qu'au cours de ses courses dans les Alpes suisses il rencontra John Tyndall, alpiniste irlandais, mais surtout grand scientifique. Une amitié s'ensuivit, et Louis Lortet traduisit et fit éditer et rééditer par Hetzel un double ouvrage de Tyndall qu'il intitula : "Dans les montagnes" et "Ça et là dans les Alpes" que l'on peut lire intégralement ici sur le site Gallica.


Cinquième document inédit. Un an avant son décès en octobre 2016, le professeur Louis David, ancien directeur du muséum, avait, dans le cadre des cycles de conférences des Amis du Musée de la Santé de Lyon, fait un exposé sur les travaux scientifiques de Louis Lortet et nous donna les notes et photos de cet exposé.


Les chromis paterfamilias, pêchés dans le lac Tibériade par Louis Lortet  
qui a décrit la façon dont ces poissons qui portent son nom
incubent leurs œufs et protègent leurs alevins dans leur cavité buccale


> Thèse sur Louis Lortet. Marie-Caroline Rabolt a fait d'une partie de la vie du Pr Lortet le sujet de sa thèse, intitulée " Louis Lortet, un médecin naturaliste en Orient ". Ce travail considérable donne énormément à lire sur Louis Lortet, sur sa formation, sur son itinéraire institutionnel en France et à l'étranger (80 premières pages), et de façon détaillée, sur ses études zoologiques, médicales, archéologiques et anthropologiques à partir de ses missions en Égypte et en Syrie (seconde partie de 70 pages).

D'autre part, Marie-Caroline Rabolt a publié un article dans le n°435 de novembre 2009 de la revue "La recherche - l'actualité des sciences", qui fait état des recherches égyptologiques de Louis Lortet pour tenter de conforter les théories de Darwin. Foi en la science, engagement, obstination, universalisme : portrait d'un homme qui n'hésite pas à risquer sa position sociale pour faire avancer le savoir de son époque.

NB. Il existe une autre thèse, plus ancienne, sur la vie et l'œuvre de Louis Lortet. Elle a été présentée à l'université Claude Bernard / faculté de Médecine de Lyon le 30 octobre 1980, par madame Danièle Chopard épouse Clapé, pour obtenir le grade de docteur en médecine. Son titre complet est “Louis-Charles Lortet, premier doyen de la faculté mixte de Médecine et de Pharmacie de Lyon ; sa vie et ses travaux”.


Sixième document inédit : extraits du journal de fin de vie de Louis Lortet. Tandis qu'il est couvert d'honneurs, qu'il passe ses étés au soleil d'Égypte et qu'il poursuit ses activités scientifiques au-delà de sa mise à la retraite en 1906, on découvre les souffrances, les fêlures et les infinies tristesses de Louis Lortet à travers quelques extraits du journal intime de ses 10 dernières années de vie.







Signature autographe du Pr Louis Lortet





+ + +


Le pavillon Louis Lortet de l'hôpital sud de Lyon

Le 15 juin 2018, un an après que le nom de sa grand-mère Clémence a été donné à la bibliothèque du 6e arrondissement de Lyon, le nom de Louis Lortet a été donné à l'un des bâtiments, tout juste rénové et à la façade classée, du Centre hospitalier de Lyon sud.
Le Pavillon Louis Lortet  abrite désormais la gériatrie de court séjour et la neurologie clinique et fonctionnelle.
C'est le Dr Gilles Albrand, chef du service de gériatrie qui s'est battu pour obtenir ce nom de baptême, face à plusieurs autres noms en lice. Deux arguments ultimes et exclusifs avaient emporté la décision : Louis Lortet est né et enterré à Oullins (l'hôpital s'étend notamment sur Oullins) ; et lorsqu'on monte au dernier étage du pavillon, a dit le Dr Albrand, on voit par beau temps le mont Blanc... gravi par Louis Lortet !







2 commentaires:

Villeboeuf Renée a dit…

Je viens de découvrir votre blog familial, en recherchant Louis Lortet, nom d'une rue à Oullins et sa biographie. En lisant vos rubriques, j'ai découvert l'histoire des amants d'Irigny, la belle demeure "la cadière" je ne savais pas qu'elle a été habitée par les Lortet, je connaissais maison Navarre.
J'ai vu une pierre tombale à Oullins, en allant au cimetière d'Oullins.
Je reviendrai sur votre blog; félicitations il est intéressant comme patrimoine oullinois.
Bonne journée.

Pierre Lortet a dit…

Merci pour votre commentaire, que je viens tout juste de découvrir (Blogger ne m'avait pas averti !).
Oui, revenez de temps en temps sur ce blog, car je le complète à temps perdu – et il y a encore beaucoup à faire. Le dernier document que j'ai rajouté se trouve sous Louis Lortet, justement : ce sont ses “5 saisons d'ascensions alpines” (troisième document inédit). Je vous en souhaite bonne lecture (elle est longue !).
Cordialement, Pierre Lortet
(si vous souhaitez m'écrire directement, mon adresse mail est : pierre.lortet@wanadoo.fr)

PS. Lorsque vous dites que vous connaissiez la maison Navarre, voulez-vous parler de celle qui a été détruite en 1982 et remplacée par l'immeuble du même nom ?